Maman n'en peux plus : HELP !

Qui veut parler de l’épuisement maternel ?

Quand les mamans fatiguées doivent faire une pause.

J’ai vécu l’épuisement maternel moi aussi.

Je me souviens des moments où j’étais épuisée, à bout, dans ma vie de maman.

Je culpabilisais énormément d’être une maman sans cesse fatiguée, de ne pas savoir comment y arriver, comment m’en sortir.

Prendre du temps pour moi, j’ai essayé :

  • J’allais prendre un bain, mais je me dépêchais de sortir…
  • Je sortais faire les boutiques, mais je rentrais très vite, sous prétexte que rien ne me plaisait, qu’il y avait trop de monde…
  • J’allais jardiner, mais je me fatiguais vite…

Ce n’était pas facile du tout de reconnaître que je n’arrivais pas à lâcher prise, je culpabilisais tout le temps.

Ma charge mentale pesait tellement lourd que je perdais la mémoire :

je « pensais » toute la journée et même la nuit, je n’arrivais plus du tout à me reposer même quand j’en avais la possibilité. J’étais absente à moi-même.

Comment sortir de cette spirale de la fatigue chronique maternelle?

Cela ne se fait pas en un jour, mais si on se fait aider, ça ira plus vite!!

Déjà, en parler à quelqu’un qui vous comprend est nécessaire.

Dans la grande majorité des cas, on ne trouve pas d’oreille « utile » dans notre entourage proche. Leurs conseils et autres remarques ne font qu’accroître la solitude dans laquelle nous nous trouvons.

C’est pourquoi, je pense, qu’il faut faire appel à des associations ou des personnes spécialisées dans ce domaine.

Passer du temps dans des groupes de parole, des ateliers peut nous aider à déculpabiliser et nous rassurer.

Avec mon conjoint, nous avions choisi d’aller régulièrement dans un LAEP et à l’école des parents et des éducateurs.

Se donner le droit d’aller mieux :

Ensuite, quand on a compris qu’on peut faire autrement que de porter le titre de « maman fatiguée », on s’y autorise petit à petit.

On consacre quelques minutes, puis quelques demi-heures à faire autre chose que de s’occuper de la maison et des enfants.

Commencez là, maintenant, à réfléchir sur ce que vous aimeriez faire. Ce n’est pas si simple quand on est épuisée, car on n’a plus envie de rien…

Laisser la perfection aux autres !

Être une maman parfaite n’est pas possible. Si vous envisagiez uniquement de faire ce qui est à faire, sans le réaliser parfaitement ?

  • Ranger la cuisine n’est pas synonyme de récurer la plaque de cuisson, ranger les boites de conserves par ordre alphabétique et nettoyer le frigo.
  • Passer un coup d’aspirateur n’est pas la même chose que de faire le ménage à fond.
  • Tout repasser, est-ce bien nécessaire ?
  • Vous n’êtes pas obligée de ranger les jouets parfaitement toutes les 5 minutes. Une fois le soir, dans un grand coffre fera l’affaire.

Dans ce changement d’habitudes, dans l’acceptation d’une nouvelle façon de concevoir votre rôle de maman, je peux vous accompagner. L’épuisement maternel n’est pas une fatalité.

Laissez-moi un message, je vous répondrai très vite, ce sera déjà un soutien.

J’ai plein de petits tuyaux très simples pour vous aider! Je les partagerai volontiers avec vous.

Je peux vous aider à devenir ou retrouver la maman qui se réalise, pas seulement par ses enfants.

La prise en charge de votre fatigue maternelle va vous apporter un vent léger, vous permettre de souffler.
La prise en charge de votre fatigue maternelle va vous apporter un vent léger, vous permettre de souffler.

Si vous désirez en savoir plus : voici le lien vers un article de Psychologies.

https://www.psychologies.com/Famille/Etre-parent/Mere/Articles-et-Dossiers/Meres-epuisees-gare-au-burn-out

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire